7ème jour : 48h d’orientation dans le désert

Par VICE ET VERSA

Dans la nuit du 6e au 7e jour nous avons du faire 25km en pleine nuit noire. Flippant mais intéressant. Le désert est vraiment impressionnant dans le noir total. Nous sommes contente lorsque l’épreuve se termine ! Nous sommes trop fatiguées pour une douche, ça sera donc tajine de boeuf, du rosé et au dodo.

Le lendemain matin, réveil tôt et douche obligatoire vu notre état. On part dans l’ordre du classement général donc dans les premières, pour une épreuve marathon de 2 jours (18h de route au total). Interdiction de rouler de nuit. On roule, on prend des caps au fur et à mesure. On se trompe et on peine à trouver le premier check-point (CP) qui est indispensable. Si on ne le passe pas, nous aurons des points de pénalité. Nous avons tourné en rond mais nous n’étions pas seules.

Alors nous avons demandé notre chemin à un berbère à bicyclette qui nous expliquait qu’il avait mal aux dents. Après lui avoir donné une boîte de Dafalgan, nous trouvons enfin le CP.

Nous sommes les 10e à le passer mais cela ne veut rien dire car le classement se fait au nombre de kilomètres parcourus. On verra bien.

On enchaîne les montagnes, les cailloux, les oueds et on fonce ! Touria est pilote aujourd’hui, Evelyne co-pilote. Il faut qu’on aille le plus loin possible avant la tombée de la nuit pour trouver un endroit pour bivouaquer avec les copines, d’autres Roses.

Nous sommes plusieurs à nous être donné rendez-vous au même kilomètre pour partager le repas et ne pas dormir seules. On pose la tente et on réalise que l’ambiance est indescriptible. Musique des voitures à fond, feu de camp, champagne, rillettes, jambon cru et ambiance de folie ! Bien sûr nous avons fait toutes les vérifications techniques avant le coucher du soleil 🙂

Nous sommes une quinzaine de voitures au même endroit, nous partageons toute cette expérience incroyable. Le repas était de partager les spécialités de nos région autour d’un grand feu ! On danse, l’ambiance est géniale.

Puis grosse frayeur en voyant un scorpion traverser le campement. Ouf plus de peur que de mal.

Après l’épisode du scorpion qui a mis un ambiance de folie dans le bivouac, tout le monde va se coucher. On récupère dans notre tente 3 places, une jeune fille qui comptait dormir à la belle étoile et qui avait peur du coup.

Demain, nous partons au levé du soleil pour finir cette longue épreuve et rentrer au bivouac. Notre duo de choc fonctionne bien et nous nous soutenons !

unnamed (4) unnamed (5) unnamed (6) unnamed (8) unnamed (10) unnamed (12) unnamed (13) unnamed (14)

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *